Vagues de poussières désertiques : Le vrai du faux !

Image : Sat NASA

> Vous l’aurez remarqué et depuis hier mardi 15 Mars, de vaste remontées de poussières désertiques concernent la France.

 

Une telle quantité et aussi étendue est exceptionnelle ! Et on le remarque bien en regardant l’image Satellite au dessus.

> Mais comment ce phénomène se forme ?

En fait, lorsqu’une dépression passe à proximité du Maghreb, cette dernière aura tendance à soulever de grandes quantités de poussières désertiques ! Porté par le Sirocco, ce sable du Sahara peut parcourir des milliers de kilomètres avant d’arriver en France et ailleurs en Europe. Nous en avons déjà retrouvé jusqu’en Norvège d’ailleurs.

Il peut alors se produire des dépôts aussi bien par temps humide que par temps sec selon les conditions atmosphériques et la quantité de poussières dans l’atmosphère.

En priorité, les dépôts par temps sec se produiront plutôt en altitude et notamment sur le manteau neigeux en Hiver.

Par conséquent, la neige change de couleur pour devenir orange/marron. Ainsi, les propriétés du manteau neigeux vont être modifié durablement durant la saison. La neige aura tendance à se réchauffer et à absorber bien plus d’énergie du soleil car perdant son effet d’albédo. C’est à dire, la capacité à réfléchir la lumière du soleil de par sa couleur blanche (voir photo ci-dessous)

© Image : Thé Manzon à Risoul

Ainsi, plusieurs scientifiques ont pu observer une fonte précoce du manteau neigeux d’environ 10 à 20 jours quand ce dernier était « souillé » par le sable du Sahara. On remarque également un risque avalancheux pouvant être plus important dans certaines zones.

Au travers de ces différentes vagues de poussières désertiques, E-Meteo Service étudie et analyse ce phénomène parfois récurent au travers de nombreux témoignages, clichés ainsi qu’avec des rapports des pisteurs de nos différentes stations de ski partenaire.

> Quels sont les conséquences de ces poussières désertiques en France ?

Les conséquences sont bien évidemment multiples sur notre territoire et parfois méconnue du grand public.

La 1ère est bien évidemment les fameuses « pluies de sable » quand la pluie y est associée et fait souvent la une des réseaux sociaux. Mais il y a bien d’autres conséquences comme une pollution atmosphérique lorsque le phénomène est important et/ou durable selon un rapport récent d’ATMOSUD et de l’INVS.

Par ailleurs et selon le RNSA, ces poussières peuvent aussi être chargées en pollens et diffuser ces derniers sur de très grandes distances contribuant quelque part à la nature en servant de « passerelle ».

Une autre conséquence parmi d’autres est le fait que le ciel soit souvent nuageux lorsque ces poussières remontent alors que les prévisions météo ne le prévoyaient pas forcément au départ.

© Image : Skiron (prévision des différents aérosols)

Pourquoi ?

Car les poussières désertiques viennent servir de « noyau de condensation » et contribue à créer une importante couche nuageuse que les différents modèles météo n’avaient pas vu venir n’intégrant pas ce type de paramètre au sein de leurs algorithmes.

Par conséquent et quand le prévisionniste expert remarque une remontée de poussières, il sait par avance que la nébulosité sera largement sous-estimée et va venir corriger le tir pour ses différents clients. C’est un exemple typique du fait qu’un robot ne pourra jamais faire une bonne prévision. Et qu’il faudra toujours un humain pour analyser et expertiser les données ! 😉

> D’autres conséquences ailleurs sur la planète ?

Et bien oui ! Et ce sera le dernier paragraphe de cet article précis et assez technique.

On le sait assez peu, mais si la forêt Amazonienne est aussi luxuriante, c’est en grande partie grâce aux poussières désertiques du Sahara.
Bien que ces 2 éco-systèmes n’aient rien à voir et soit distant de plusieurs milliers de kilomètres, ils sont directement liés ! 🙂

En effet, les poussières du Sahara sont chargées en nutriments et en phosphore. Par conséquent et en voyageant, elles vont venir fertiliser les sols de l’Amazonie en lui apportant des nutriments essentiels et une grande dose de Phosphore. Ce dernier favorise le développement racinaire des plantes et régule la mise à fleurs ainsi que la maturation du fruit. Il est essentiel à son bon développement.

Nous sommes ici clairement en présence de « l’effet papillon ». C’est à dire que sur Terre, tout est lié et même sur de très grandes distances !

Cette théorie évoque le fait que le battement d’ailes d’un papillon au Brésil pourrait provoquer une tornade au Texas ! Théorie détaillée par Edward Lorenz en 1972 lors d’une conférence scientifique 😉

Vous l’aurez compris, ces poussières désertiques ont de multiples conséquences que nous avons tenté de détailler au mieux dans cet article.

Nous cherchions également à montrer s’il fallait encore le faire, que la météorologie est une science complexe autour duquel gravite un grand nombre d’autres domaines passionnant à analyser et à étudier ! Et c’est en ce sens que l’entreprise E-Meteo Service ne cesse d’étendre son domaine de compétences avec la mise en place de partenariats et d’échanges très enrichissants.

Si vous avez des questions ou des besoins météo, n’hésitez pas à nous contacter !

Comments
  • Marrot dit :

    Bonjour, votre article sur les poussières désertiques est passionnant. On y découvre tant de choses méconnues.
    Une réflexion me vient à l’esprit sur les retombées bénéfiques pour la forêt amazonienne et parcontre aucun bienfaits directs apparemment sur la zone du Maghreb… Mercii cordialement Emmanuelle Marrot

    • paul_e-meteo dit :

      Bonjour et merci pour votre commentaire !

      La réponse à votre question est en fait assez simple : Le manque d’eau sur le Maghreb. Car pour être bénéfique, les poussières désertiques du Sahara doivent tomber dans une zone avec un peu d’humidité pour que la terre et les plantes en bénéficient au mieux.

      Sans eau, cela sera un peu comme du terreau que l’on arrose pas ou peu. Il ne se passera pas grand chose. Les poussières viennent « nourrir » une zone qui est déjà propice aux développements des plantes car chaude et humide.

      Bon weekend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *